Lutte Biologique: Les insectes auxiliaires/Pathogène/Autocide

de pattes en plumesL’utilisation d’insectes auxiliaire !

Qu’elle forme peut prendre lutte biologique ?

Pour réussir à éliminer les insectes nuisibles sans recourir aux produits chimiques : 

  1. Il faut utiliser les insectes auxiliaire que si le ravageur est en quantité suffisante.
  2. Une grande période de non-utilisation de pesticide est préférable (2 mois).
  3. Et ne plus utiliser de purin d'ortie ni de décoctions maison. Une fois le prédateur introduit dans le jardin.
  4. Étudié au préalable les ravageurs de votre jardin pour y introduire les prédateurs adaptés, aux conditions climatiques qui leur correspondent.
  5. Il est également possible de favoriser la présence des insectes auxiliaires en plantant des végétaux appropriés.
  6. Notamment des plantes mellifères, pour que les abeilles et les papillons viennent par eux-mêmes.

Si les différentes plantations n’arrive pas à attirer les insectes auxiliaires, il est encore possible dans acheter au cas où. L'installation d'une ruche peut favoriser la pollinisation et augmenter la présences d'insectes prédateurs. 

 

La première forme d’utilisation: "Insectes auxiliaires"/ Parasitoïdes

Les animaux auxiliaires qu'on cherche à utiliser sont le plus souvent des insectes :

  1. Entomophages
  2. Acariens entomophages
  3. Parasites

Si l’on demandait aux passants dans la rue de nommer un insecte bon pour le jardin, à coup sûr « Le prédateur  le plus cité » serait :

  • la coccinelle dévoreuse de  pucerons.

Alors qu’il y en a plein d’autres comme :

  • Syrphes : les larves sont également prédatrices des pucerons
  • Chrysope : les Larves se nourrissent de pucerons, cochenilles, acariens, aleurodes, œufs de papillon.
  • Araignées: elles sont les prédateurs pour de nombreux nuisibles et non nuisibles.
  • Libellules : elles sont prédatrices de différents insectes, notamment chenilles et Papillons (si vous avez un petit basin ou étang vous pourrez en voir car elles ont attirés par l’eau.)
  • Guêpes : Malheureusement mal aimé car agressive mais pourtant très utiles car elles ont les prédateurs ou parasites de nombreux insectes.
  • Hérisson: vivant la nuit il raffole des araignées, escargots, larves d'insectes
  • Lézard : ils consomment de nombreux insectes

Ceci est un l’existe exhaustive, ils restent énormément d‘animaux et insectes prédateurs.

Deuxième forme d’utilisation de la lutte biologique : "Pathogène".

La deuxième mode d’utilisation d’auxiliaires est de faire appel aux bactéries ou virus qui ont été créée pour apporter certaines maladies chez les insectes. (On parle de muscardines dans le cas de champignons.)

Troisième Forme l’utilisation: "Stérilité/ Hormones":

Cette lutte biologique est la plus complexe à mettre en place car elle nécessite, d’obtenir des larves des insectes nuisibles, et d’identifier le mâle pour le rendre stérile. On l’appelle « lutte autocide ». L’introduction de mâles stériles en grand quantité dans un groupe augmentera le nombre d’individus mâles pour un nombre limité de femelles. Donc les mâles stérilisés sont en concurrence directe avec les mâles sauvages. Ce qui permettra de réduire fortement la mise au monde de nouveaux nuisibles. Très efficace dans un milieu fermé ou restreint ex une serre.

L’autre méthode toute aussi subtile consiste à utiliser les phéromones (Substance sécrétée par les femelles, hormone sexuelle odorante qui sert à attirer les mâles). Une fois recueilli, cette substance sera mise dans un piège ou utilisé pour désorienter les mâles. L'utilisation de ces méthodes est encore limitée. Du fait de la difficulté techniques à identifier les auxiliaires spécifiques du nuisible. Pour en assurer une production en masse et une utilisation à grande échelle.